Fin des cinq mois de congé paternité! Rien de rien, je ne regrette (presque) rien.

11bb65e6-8d65-4cca-92ee-291a58ac1429-1-e1541358395336.jpg

Edith Piaf peut raisonner dans l’appartement. Même si ma fille m’en a fait voir de toutes les couleurs, j’ai vu la vie en rose pendant ces cinq derniers mois. Et ce blog au final, n’est-il pas un hymne à l’amour?

Je fête mes 34 ans aujourd’hui et je m’apprête à reprendre le travail. La parenthèse enchantée d’un congé paternité se referme et avec lui une partie de barbapapa. L’émotion est forcément assez vive. Pour l’occasion, ma fille m’a fait le cadeau de ses premiers pas. Marcher, c’est choisir. Choisir son chemin, la plupart du temps celui qui mène à la cuisine pour grignoter les morceaux de pains que je n’ai pas aspirés pendant la journée.

De cette expérience, je n’oublie pas les difficultés. Les moments de solitude, les heures à ranger, gérer les pleurs, la fatigue, les petits échecs du quotidien, les siestes de ma fille qui n’ont jamais démarré et les rhumes qui n’ont jamais fini. Je ne les ai que trop peu racontés. Je ne voulais pas me plaindre d’une situation qui reste un luxe par rapport à la France, celui de pouvoir rester chez soi s’occuper de son enfant et conserver 100% de son salaire pendant cinq mois. J’ai donc préféré garder une forme d’autodérision sur les tâches du quotidien.

Beaucoup de femmes m’ont écrit car elles auraient souhaité davantage lire ces moments. Je crois qu’ils leur rappellent leur expérience. Ils auraient peut-être apportés des réponses à ceux, qui, autour de moi, me demandaient si « mes vacances » étaient bientôt terminées.

Ce n’était pas des vacances, mais c’était du bonheur. D’avoir partagé un quotidien avec ma fille, d’avoir tenté de faire diminuer la charge mentale de ma femme, d’avoir développé des liens d’amitié avec beaucoup de pères norvégiens en congé et d’avoir porté mes convictions.

J’ai donc adoré cette aventure, qui a commencé  avec cette question « Est ce que je vais y arriver ? ». Je crois que j’ai vécu ce congé comme une sorte de compétition, avec la nécessité d’être performant, montrer qu’un homme peut très bien s’occuper de son enfant et que cela sert la société. Je me suis continuellement fixé des défis, en espérant inspirer d’autres pères. Chaque activité ( baby yoga, baby swimming, balades collectives en poussette, visite au musée, cours de cuisine…) était un obstacle à surmonter, et le partager sur le blog une sorte de récompense. Je confesse donc un mini obsession d’être dans la « victoire » même si ces expériences sont racontées avec légèreté, humour et surtout, avec spontanéité.

Ma masculinité en a-t-elle pris un coup ? La réponse est non, mais j’ai traversé ces questionnements, parfois ridicules, sur la compatibilité d’un long congé et ce que c’est d’être homme. J’ai gardé ma barbe tout du long, dont je m’amuse à dire qu’elle était mon seul signe distinctif de virilité. Peut être pas assez pour certains, elle a tout de même donné le nom à ce blog.

Ma déception principale repose sur un ressenti. Celui d’un plus faible échange avec les hommes français, en dehors de mon cercle proche. Contrairement aux femmes, ils étaient (trop) peu à me lire, critiquer, commenter, m’envoyer des messages. Ce blog leur est tout d’abord adressé mais j’aurais aimé plus de retours de leur part.

Comme quand Pierre, un copain francais me dit « Ma femme te suit sur ton blog ». Je voulais lui répondre : « il était d’abord pour toi ce blog ! ».  De même, les magazines masculins ne m’ont pas publié alors que Femme Actuelle au début, et Marie Claire plus récemment, ont largement soutenu le projet.

Barbapapa ayant aussi une dimension politique, je dois souligner ma déception d’un certain conservatisme à la tête de l’état, qui avance trop timidement sur la question. Si elle veut le changement, la société civile devra donc le porter. Aujourd’hui, à part quelques pétitions ici ou là, peu de personnes prennent part activement à la cause. J’espère que les reportages TV sur M6, Arte et France 2, qui devraient arriver bientôt, seront l’occasion de relancer le débat.

Mon congé paternité se termine, alors que le sujet va rester d’actualité. Que les millions de fans de barbapapa se rassurent, j’ai encore quelques articles, idées et mon retour au travail que je souhaite partager. Sans oublier une longue liste de remerciements. Et aussi, Louise, ma femme, prépare un article avec sa version de l’histoire 😉 Je continuerai tant que je trouverai mon contenu inspirant pour la France. Barbapapa ne meurt jamais.

Alors oui, dix mille fois oui.

Si c’était à refaire, je le referai.

Le congé et le blog.

Je garderai ma spontanéité.

Je garderai le ton léger propre à voir un père s’occuper d’un bébé.

Je garderai le ton lourd de ma conviction politique.

Un sujet poids plume et poids lourd à la fois ?

Décidémment, le long congé paternité a tout d’un combat.

Et toi tu montes sur le ring?

————————————————————————

Top 3 des articles les plus lus :

L’homme qui avait vu le biberon à moitié plein. Nouvelle pièce de théâtre

Ce matin où j’ai annoncé 5 mois de congé paternité à ma responsable

Tor, mon beau-père ce viking

3 commentaires sur “Fin des cinq mois de congé paternité! Rien de rien, je ne regrette (presque) rien.

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour,
    Je ne suis pas encore Papa mais dans moins d’un mois (sauf si bébé préfère le chaud du ventre), ma compagne et moi accueillerons un petit bout.
    Je viens de découvrir ce post via le Huffpost France et vais me mettre à le lire pour découvrir comment cela s’est passé pour vous et peut-être vos conseils.
    La France est en effet en retard sur le congé paternité, 10 jours…ca va aller vite, heureusement que les ‘vacances’ de fin d’années permettront de prolonger ce moment et qu’à la rentrée j’amménagerai au mieux mon emploi du temps car je ne conçois pas laisser ma compagne gérer seule.
    Merci pour votre blog et bon courage pour la reprise

    Aimé par 1 personne

    1. Félicitations pour cette superbe nouvelle! Et merci pour votre message ! Oui le congé paternité est trop court en France et surtout le congé parental, indemnisé à 396 euros par mois n’est pas incitatif et mal percu en entreprise. Ici ,je touche 100% de mon salaire pendant mon congé ici et 70% des pères norvégiens prennent au moins 3 mois. C’est un fait de société, les entreprses le savent très bien et s’adaptent.
      Ce qui me marque en Norvège c’est aussi que les pères prennent le relais des mères pour s’occuper du bébé. Nous sommes donc « seuls » avec bébé, la mère reprend son activité professionnelle. I Cela a transformé la société norvégienne vers beaucoup plus d’´égalité. Ce modèle nordique doit Être une source d’inspiration pour nous faire rentrer dans la modernité. C’est le sens de mon engagement. Bon courage à vous! Tristan

      J'aime

  2. Hello,
    Comme toi j’ai fait le choix de m’octroyer un congé paternité (appelons le comme ça parce qu’on ne va pas se mentir les 10jours actuels sont plus un stage découverte qu’autre chose) de 4mois. Au debut par nécessité. Ma compagne reprenant son travail et sa vie sociale apres un congé mater de 4mois et la crèche n’acceptant pas les enfants en cours d’annee, il etait plus simple que je m’arrête quatre mois, mon travail d’intermittent du spectacle me permettant cette pause tout en renonçant tout de meme a plus de la moitié de mon salaire, pas chose aisée avec les contraintes du quotidien.
    Et cette nécessité de départ s’est vite révélée être une idée de génie. 4 mois avec mon fiston qui en avait deja quatre. Son premier retournement ventre-dos et dos-ventre, ses premières purées, ses premiers babillages et puis juste autant de temps passé avec lui, à le regarder, à l’observer autant, à se promener, à l’eveiller et à se decouvrir… Je sais que ce n’est pas donné a tout le monde niveau logistique de pouvoir s’arreter autant de temps, c’est pourquoi je me sens privilégié aujourd’hui d’avoir pu tisser tous ces liens avec mon fils de trois ans aujourdhui. Je sens une complicité à part avec lui. Au delà d’un bien etre évident avec ses deux parents qui m’est plus que precieux, je ressens un lien special comme celui dont peuvent parler parfois les mères de par le fait de l’avoir porter pendant neuf mois. Un petit plus en somme.
    Enfin voila je voulais juste temoigner, encourager, partager mes debuts d’experience de père.
    Merci pour ton article
    Paul

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :