2019 : Fête ou défaite des pères?

Barbe à papa pensif aujourd’hui! L’absence de réforme du congé paternité en France donne à la fête des pères un léger goût amer. Rien n’a bougé, 11 jours et puis c’est tout. Et soyons honnêtes, l’opinion publique ne considère pas l’allongement du congé paternité comme une priorité. Nous sommes une poignée de pères à nous engager, entourés de quelques associations comme le collectif P.AF, relayés surtout par des médias féminins et féministes. Dans ce microcosme, nous sommes légèrement perdus autant que nous sommes perdants.

J’ai recu il y a quelques jours la télévision suisse qui m’a interviewé dans le cadre d’ un reportage sur modèle norvégien. Le journaliste me confiait « ca bouge lentement en Suisse aussi ». Oui mais eux c’est culturel?

Reportage TV par RTS

Mais la démarche militante continue et cette fête des pères 2019 a aussi des saveurs printanières, comme m’aide à le rappeler Patric Bonfy, fondateur du site Le Paternel », qui m’a donné un petit boost au moral.

Allez, 5 raisons d’y croire et de souhaiter à tous les pères de France et du monde une bonne fête. Et à mon papa aussi!

1. L’État s’intéresse quand même à la paternité

On peut saluer l’engagement tenu de l’Etat sur l’alignement de la durée du congé maternité des indépendantes sur celui des mères salariées. Et comme l’a dit Edouard Philippe « D’abord on s’occupe des inégalités liées aux différents congés de maternité, puis on s’attaque au congé paternité ». Let’s Go alors ?

Le gouvernement a aussi publiquement demandé à l’IGAS de réaliser une évaluation du congé paternité faisant progresser l’idée de l’importance de l’implication du père dès la naissance d’un bébé.

2. Nos voisins européens mettent une pression sur la France

Alors que le Portugal propose déjà 5 semaines de congé paternité, l’Espagne vient d’appliquer son projet de loi portant le congé à huit semaines en 2019, douze en 2020 et seize en 2021, soit l’équivalent du congé maternité. Fait marquant, il a été voté à l’unanimité au congrès des députés espagnols. La Suède garantit au moins huit semaines au pères, les finlandais au moins six et la Norvège vient d’augmenter à 14 semaines. Soyons optimiste, nous restons devant l’Italie et la Grèce !

3. Des entreprises s’engagent pour l’égalité parentale

Parce qu’on le vaut bien? L’Oréal a par exemple décidé cette année d’offrir à ses collaborateurs hommes 6 semaines rémunérées à 100%  » le congé paternité correspond à une aspiration croissante des nouvelles générations. Mais c’est aussi une mesure qui contribue à l’égalité professionnelle femme-homme  » explique Jean-Claude Le Grand, Directeur Général des Relations Humaines. Déjà dans ce peloton de tête : plusieurs grands groupes de la finance, des nouvelles technologies, et du luxe, mais aussi quelques startups comme Ÿnsect ou  Welcome To The Jungle.

4. Les médias traditionnels aiment les pères nouvelle génération

Cette année a vu naître une forte quantité de reportages sur le congé paternité, notamment porté par ce blog et lepaternel.com

Nous sommes loin d’être les seul.e.s vers qui sont régulièrement pointés caméras et micros pour témoigner de cette révolution silencieuse de la parentalité.

5. La paternité « buzz » sur les nouveaux médias

N’oublions pas l’indicateur clef de notre temps : le like. Là encore, la paternité progresse

Les vidéos de papas se multiplient chez les « pure players » des réseaux sociaux (citons Fraîche, sans oublier Simone) et Pascal Van Hoorne, encore un papa engagé, explose LinkedIn avec une vidéo de tennisman en pleur consolé par son fils.

Les podcasts sont à la mode. « Histoires de Darons » a passé l’année, comme son nom l’indique, à raconter des histoires de pères. Et les podcasts orientés « maternité » (comme La Matrescence) n’oublient pas de donner la parole à des hommes.

Bonnes fêtes à tous!

Top 3 des articles les plus lus :

L’homme qui avait vu le biberon à moitié plein. Nouvelle pièce de théâtre

Ce matin où j’ai annoncé 5 mois de congé paternité à ma responsable

Tor, mon beau-père ce viking

Un commentaire sur “2019 : Fête ou défaite des pères?

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour Tristan!

    Ravie de découvrir tes textes sur ton propre blog, effectivement, on est loin du compte, mais à l’aune des changements sociétaux et de l’ouverture possible d’esprit grâce à la diffusion des réseaux sociaux (parce que bon, parfois, ça a un impact positif, moi qui suis socialmediasceptique !), j’ai envie de croire que la révolution est en action… J’espère que ton livre avance bien, tu peux être sûr que je le lirai avec intérêt ! Sabrina, de l’ESC (chut, c’est un nom de code 🙂 ) Belle journée à toi !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :