Les dix minutes avant que ma femme rentre du boulot. En tableaux.

9924d984cfdfb37f482cce4d50ebec8d

Ceci n’est pas un appartement dirait Magritte. Il a raison. A force d’avoir flâné tel Le déjeuner sur l’herbe, j’ai été aussi productif qu’une nature morte. Le désordre s’est installé petit à petit, je finis la journée dans un chaos artistique.

Avec les jouets, animaux et autres formes cubiques éparpillés partout, le salon est un hommage à Guernica. Les couverts et petits pots laissés à l’abandon ne sont pas sans rappeler les cercles et lignes asymétriques de Kandinsky. Il y a une touche de Van Gogh au milieu des peluches avec la poupée à l’Oreille Coupée que ma fille a bien arrachée en deux dents et trois mouvements. Bref, ma maison est la galerie nationale d’Oslo, je cherche encore le morceau d’oreille et au moment de recevoir le SMS de ma femme « J’arrive dans 10 minutes, besoin de quelque-chose ? » je suis Le cri d’Edouard Munch.

J’avais d’abord envie de répondre : « Besoin d’une heure en fait».

Ma femme étant plutôt de l’école pointilliste (comprenez tendance maniaque sur la propreté)  alors que moi j’adore l’abstrait (comprenez  du désordre nait la créativité) j’ai d’abord hésité à jeter l’éponge du rangement, descendre acheter des fleurs pour me faire pardonner et écrire « bouquets de tournesols sur table », ça fait poétique et elle aurait compris ce que ça veut dire. Mais j’ai trop usité de ces techniques de petits cadeaux, ça coûte cher et y a plus de places pour les fleurs dans l’appartement.

J’ai donc dix minutes pour ranger l’exposition. Je serais bien rester calme, la Joconde sourire en coin, mais un tour dans la salle de bain et je retrouve le post-it laissée par ma femme ce matin : « n’oublie pas de lancer et étendre la lessive ». Elle a bien précisé « et étendre ».

C’est un coup de couteau dans le dos, La mort de Marat, assassiné dans sa baignoire.

Je croise le regard de ma fille qui travaille. Quand un bébé travaille, ca veut dire qu’elle repeint sa couche en noir. Monochrome de Darkman. Je cherche un Rembrandt dans la pièce, le seul qui sache donner la lumière dans un moment d’obscurité.

Je commence par gagner du temps, un SMS légèrement mensonger comme le Joueur de Fifre de Manet l’aurait écrit : « Tout va bien ! J’ai préparé un bon repas. Peux-tu passer acheter du pain et une bouteille de vin. »

Comme la Norvège vend l’alcool seulement dans des magasins d’Etat, elle va devoir faire un détour, ça va me donner au moins 25 minutes.

« Ok, mais je crois que le magasin est fermé »

« Essaie quand même », le coup de pinceau est parti tout seul.

Après avoir changé ma fille en deux minutes sur la table à langer,  je choisis le mode Express du lave linge, le plus utile de tous.

Avec déjà trois mois de congé paternité, j’ai développé une qualité jusqu’ici réservée aux femmes : le don d’ubiquité. Alors que ma main gauche range le bordel laissé par ma petite artiste en herbe, la main droite nettoie la salle de bain. Surtout, je place ma fille dans son parc et je cours dans la pièce la plus stratégique : la cuisine.

De mon expérience, il faut tout miser sur une cuisine propre avec le diner prêt à être servi ou tout du moins en cours de préparation. La technique de donner le bain et dire « elle a tellement aimé que j’ai pas vu le temps passé » ça ne marche pas du tout.

Je parviens à ranger la cuisine avec une touche d’art moderne. Warhol n’a t-il pas exposé des boites de conserve ? Coup d’éponge, vaisselle et dressage de la table. Surtout, je lance, riz, courgette et saumon aux herbes. Le festin des Dieux (simplifié) nous attends.

Au moment d’accrocher les derniers boddies de ma fille, j’entends les clés de la porte.  «Ça sent super bon dis donc! Et ca a l’air super bien rangé!».

Mission accomplie! Le baiser est mérité.

Le baiser de klint

 

Guernica, Picasso

PicassoGuernica

Composition VIII, Kandinsky

kandinsku

L’Oreille Coupée, Van Gogh

L'oreille coupee

 

Tournesol sur Table, Monet

Monet

La Mort de Marat, Jacques-Louis David

Jacques-Louis_David_-_La_Mort_de_Marat

Le joueur de Fifre, Manet

le joueur de fifre

 

Andy Warohl, Cans

Andy Wahrol

 

Top 3 des articles les plus lus :

L’homme qui avait vu le biberon à moitié plein. Nouvelle pièce de théâtre

Ce matin où j’ai annoncé 5 mois de congé paternité à ma responsable

Tor, mon beau-père ce viking

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :